Follow

Dans les associations/collectifs qui fonctionnent en mode "commissions", je constate un effet d'épuisement : de moins en moins de personnes contribuent, celleux qui restent portent plus et… tada, épuisements cycliques.

J'ai l'impression que ce modèle "horizontal" fonctionne "bien" quand t'as pas de gosse, peu d'activités annexes… ou pas ?

Ça fonctionne mieux/autrement dans la durée là où vous êtes/faites ?

· · Web · 6 · 6 · 4

@thom4
Reyour de mon expérience :
Région pouahrisienbe...

- Président de mon syndicat pro (benevoles très peu engagés, on porte tout à deux...)
- vice-président asso sportive et culturelle, 1200 pratiquants, 28 activités, on n'est plus que 9 au Bureau, service minimum
- responsable d'1 activité (aucun parent bénévole...)
-

@thom4
conseil syndical copro, vice-président (120 lots) on est 5 dont ...2 très actif (et là c'est notre pognon à tous...)
- membre association professionelle (formation pro) le président, 84 ans, se démène, je suis comme je peux...
Toujours les même, les gens consomment, point.
Suis crevé...
🖖🏼

@Phipe tu m'étonnes. T'as trouvé des pistes pour que ça épuise moins ?

@thom4
- commencé à me retirer de certaines structures.
- Moins m'investir...
- gérer mon stress avec mon masque Hypnos (dreaminzzz.com/fr/hypnos/)
- espérer qu'à force d'en parler/demander, des gens viennent prendre le relais et s'investir...
murmf...

@thom4 j’ai un peu le même constat. Pendant un temps je m’étais pas mal investie, et puis du jour au lendemain, plus de temps à consacrer à des tâches associatives car d’autres obligations. Quelquefois rien que déménager suffit.

Et parfois il n’y a pas de relève pour celles et ceux qui n’ont plus le temps ni simplement la motivation.

@thom4 membre du comité d'une association, on est plus beaucoup à être actifs.

On a du faire face à la réalité: On peut plus en faire autant avec moins de monde.

Alors pour éviter l'épuisement, on a identifié ce dont l'association à le plus besoin: Des nouveaux membres actifs, de quoi les accueillir et une façon de s'organiser où le comité à moins d'importance.

Et pour y parvenir sans épuiser toutes ses forces, on y va à un rythme réaliste.

@thom4 le plus frustrant c'est les membres qui se plaignent alors qu'ielles ne font rien. Ou qui exigent la dissolution de l'association par ce qu'elle ne les intéressent plus, au lieux de simplement démissionner. En mode "si ça m'intéresse plus ça doit disparaitre pour tout le monde".

Mais heureusement ielles sont rare et dans l'ensemble ça se passe bien.

@thom4 et avant la COVID, l'activité était en train de reprendre.

On organisait régulièrement un petit truc, qui demandait peut de travail et qui ramenait du nouveau monde. Une personne ou deux suffisait pour l'organisation et on était entre 15 et 20 personnes présentes à l'événement. Dont pas mal de nouvelles têtes.

Mais avec la COVID, on a dut interrompre tout ça. Et on hésite à reprendre.

@postroutine okay ! Tu peux m'en dire plus sur la notion d'accueil ? Comment vous la pensez, et ce que vous avez mis en place ?

@thom4 par accueil, je parle des outils adaptés qu'on fournira aux membres de l'association. (Quand ça sera terminé).

Avant ça, on a dut identifier le type de structure et d'activités qu'on souhaitait avoir. À partir de ça, on a choisi des types d'outils qui répondraient le mieux à nos besoin. Tout en nous laissant libre de les adapter, voir de les remplacer, sans avoir besoin de tout refaire.

@thom4 pour être à la tête d'une structure très verticalisée, t'y épuises p'tet moins de monde mais tu épuises quand même et les personnes"préservées" par le fonctionnement vertical s'impliquent pas forcément plus, voir désertent les instances (vu qu'iels n'y ont pas grand chose à décider/faire).

@thom4 C'est à peu près ça oui. Ici on restructure pour faire plus petit pour que ce soit plus facilement gérable avec nos vies bien occupées. Mais oui, l'épuisement on l'a vécu et on en veut plus.

Le problème des assos, c'est que c'est la même charge de gestion qu'une entreprise, sauf qu'on se l'avoue pas, et vu qu'on est pas salarié·e, et bien ça ne fonctionne pas.

@siegi okay. J'ai l'impression que vous avez réévalué les objectifs à la mesure de ce que vous pouviez fournir comme énergie de manière soutenable. C'est ça ?

@thom4 Hum, disons qu'on est 2.5 à faire tenir l'asso en moyenne, comité et sysadmin, et j'ai été complètement absent durant presque une année minimum (#vdm), donc en gros il restait une personne qui n'était plus encline à devoir tout gérer niveau serveurs.

Maintenant que mes emmerdes perso sont bientôt terminées, je redonne du temps, mais notre infrastructure serveurs étant complexe à gérer, on a décidé de réduire au minimum, le temps qu'un jour d'autres reprennent le flambeau.

@thom4 Disons que ça aurait été gérable à trois personnes bien présentes, mais les aléas de la vie on fait que cela n'a pas été possible.

On a donc choisi de revenir à quelque chose de gérable niveau infra à une personne sans trop de compétences spécifiques, et donc on va réduire les services proposés, et externaliser certains services nécessaires mais qu'on ne veut plus gérer (le mail par exemple).

@thom4 Donc oui, c'est une réévaluation de notre énergie que l'on peut fournir, et aussi par rapport à l'envie et au temps maximum que l'on veut consacrer à l'asso.

@thom4 coucou ! Quid de faire tourner les personnes dans les commissions ? On fait ça dans mon groupement d'achats par exemple, ainsi que pour de l'organisation de festival et des que des personnes ont envie de changer, elles sont même encouragées à partir pour que d'autres les remplacent.

@almet on fait ça sur les tâches ménagères, mais pas du tout sur l'administratif.

Ça m'interroge sur l'accueil/soin/renouvellement.

Sign in to participate in the conversation
Diaspodon

Diaspodon.fr est une instance majoritairement francophone et généraliste. Aucun contenu du fédiverse n'est filtré par une décision d'administrateur ou de modérateur.